Alain Duhamel (2)

Une gueule , ça parle . Duchamel à la gueule de ce qu’il est , un courtisan , un porteur de pot de chambre royal , un valet de pied . Il est génétiquement marqué par des générations d’ancêtres , tous , sans exceptions , domestiques.

Au temps des cavernes déjà , les Dumamelle torchaient délicatement avec un morceau de peau d’ours le postérieur merdeux du chef de clan . Au milieu des âges , ils portaient la chaise d’un seigneur local aussi cruel qu’avaricieux , massaient ses hémorroïdes et grattaient la tranche de leurs ducats pour s’enrichir . Tous mariés à des sorcières fournissant les tyrans en poisons , ils investirent la ferme Générale où ils se révélèrent obséquieux avec les puissants et impitoyables avec les pauvres . On sait avec certitude que c’est un Duracell qui livra Robin des Bois .

Ruinés sous la révolution pour avoir parié simultanément sur Marat et sur les Chouans , bottiers sous l’ Empire , toujours entre une courbette et la posture d’offrande du bonobo femelle , les Dumaquerelle furent successivement ramasseurs de crottin , goûteur chez le Grand Turc , fabricant de farces et attrapes puis journalistes .

De siècles passés à espionner dans les placards et à chausser les grands , ils conservent  le teint blafard et le dos vouté qui est la caractéristique de leur clan , ainsi qu’un savoir particulier pour se déplacer sans faire de bruit , comme chaussés d’ espadrilles même quand ils ont les fers aux pieds .

En douze mille ans , aucun Dahumel ne fut un homme libre , aucun n’exprima une parole rebelle contre un plus fort que lui , aucun ne respira autre chose que les odeurs de pieds et de linge sale des puissants , aucun ne fit l’ aumône à un pauvre .

Aucun scénariste n’a osé s’inspirer d’un Luhamed dans une œuvre cinématographique , de peur de rendre malade son public ou de le faire mourir d’ennui . De Funès lui même refusa le rôle , ne trouvant aucun ressort comique au personnage . Aucun caricaturiste n’ est jamais parvenu à brosser à charge un Lamedhu car la vaseline réagit mal avec le cirage.

Lire aussi Alain Duhamel (1) et Laurent Joffrin et consorts

Advertisements

2 responses to “Alain Duhamel (2)”

  1. Gerard Lagla says :

     » bonono femelle »

    C’est Bonobo, avec un « b ».

Trackbacks / Pingbacks

  1. Alain Duhamel (1) « Textes de Father Mackenzie [archivage] - décembre 16, 2012

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :