Raffarin à Calais : « Ces gens sont nos frères »

Monsieur Raffarin , vous êtes un homme politique français élu par le peuple français (à notre grande consternation, mais c’est ainsi). A ce titre, votre fonction est de représenter les Français et de veiller à leurs intérêts et à ceux de l’Etat qui les relie par le contrat social tacite national .

Vous n’êtes pas Monseigneur Raffarin. Vous n’êtes pas un membre éminent d’un Clergé républicain à vocation universelle qui n’existe que dans votre tête et celles de quelques sociétaires discrets en tenues pittoresques et autres compagnons d’agapes. Ou plus exactement, si vous l’êtes, imprimez bien que ce clergé là n’est pas élu et n’est pas reconnu par le peuple. Vos frangins ne sont pas nos frères.

Reconstituez la bataille de Bouvines tous les samedis ou participez à des concentrations de tractions avant, mais ne vous sentez pas obligé de nous faire participer à des activités auxquelles nous n’avons pas souscrit.

Vous nous déclarez abruptement 7,35 milliards de «frères»: je ne les ai pas vus à l’ Etat Civil. J’ai vu par contre mourir des sans-domicile-fixe et des paysans se suicider. J’ai vu aussi des chômeurs sans un sou le 12 du mois. J’ai vu aussi le crime, le trafic et la violence envahir notre quotidien, jusqu’à l’école de nos enfants. J’ai vu bien d’autres calamités s’abattre sur le pays de mes frères depuis quarante ans que les vôtres gouvernent, tant que je ne saurais ici les décrire. A vrai dire, on irait plus vite en recensant ce qui ne fût pas un mélange d’échecs et d’erreurs dans tous les domaines des prérogatives de votre république fraternelle. Calais en est d’ailleurs la synthèse parfaite.

Disons-le, le peu qui fonctionne, c’est ce que vous n’avez pas osé toucher.

Alors restez à votre place, comme nous le Peuple restons pour le moment à la nôtre. Administrez les Français et seulement les Français, occupez vous de leur sécurité physique et financière, préservez leurs acquis et veillez aux menaces immenses qui les surplombent. Vous êtes grassement rémunéré pour cela. Si ce travail vous lasse, partez, les candidats ne manquent pas .

Pour le reste, si vous aimez passionnément vous occuper de vos sept milliard trois cent cinquante millions de frères en l’humanité, rien ne vous interdit de démissionner et d’errer nu sur les routes des Indes en scandant Hare Krisna, non sans avoir auparavant distribué vos biens, ou toute autre solution à votre convenance qui nous épargnerait vos prêches dégoulinants en forme d’argument incapacitant et probablement insincère.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :