Archive | juin 2016

Brexit

Commentaire sur la phrase : «Nous sommes déconnectés de la classe ouvrière blanche»

Déconnectés ? Non, non, vous l’avez butée, à coups de pelle, et ensuite vous lui avez arraché les tuyaux en soins intensifs, c’est pas pareil.

Vous avez effondré les salaires en important de la main d’œuvre exotique sous-payée, puis vous avez délocalisé, vendu le savoir-faire clé en main à l’étranger, avec les répliques des usines, vendu les actifs en les séparant du passif laissé а la charge de la collectivité, tout comme les descendants des esclaves importés. Vous en avez fait entrer des millions d’autres, histoire de noyer tout le monde en coulant la barque.

Vous avez brisé l’école, les commerces, le travail et l’avenir en les endettant, puis vous avez fait entrer l’héroïne dans les friches industrielles, distrait les autres а la bière, au foot et au porno, les gens ont perdu Lire la Suite…

Publicités

Les invasions barbares (rediff)

Tout ça n’est rien, j’en veux plus, j’en veux des millions, des hordes, des meutes, des paquebots, des trains, des files, des quais de gares, des paquets, des avalanches, des déferlantes, des tonnes, qu’il en pleuve littéralement, l’année des méduses, qu’il en sorte de partout, des taxis, des caves, des égouts, qu’il en tombe en parachute, qu’il en dégouline et qu’à leur tête, devançant des légions et des colonnes, juché sur un géant aveugle, un nain monstrueux les guide. Hongrois, le nain.
Je veux qu’ils rôdent à Neuilly, qu’ils dorment sur les paliers du XVIe, qu’ils Lire la Suite…

Nuit Debout

Ouais, c’est l’Odéon en 68…
– Camarades, laissons la parole au camarade chargé de liaison avec les Comités Ouvriers Spontanés de la Régie Renault. Qu’as tu à nous annoncer, camarade travailleur ?
– Ah non, y a une erreur, moi c’est Jean-Pierre, je vends ma 4L, elle a pas beaucoup roulé.
– Camarades, camarades, les Fascistes ont été vus au Métro Luxembourg. Le GUD va attaquer, je vous demande de rejoindre l’amphi protégé par le Service d’ordre.
– Ehhhhh, moaaa aussi j’veux causer. Moi c’est Emile mon nom, j ‘ai plus de pinard.
– Laissez la parole au camarade clochard ! Lire la Suite…

Les Français existent encore

Le truc qui m’oppresse à la longue, dans tous ces débats, c’est qu’on a franchement l’impression que « nous », les autochtones, on est déjà morts. Que la «jeunesse», c’est uniquement les muzzs, radicaux, pas radicaux, modérés ou à la rigueur convertis… Il ne vient à l’idée de personne que chez nous, et en particulier dans les jeunes générations aussi, ça commence à bouillir.

Les Français existent encore, mieux, j’ai un scoop : ils sont majoritaires. Et j’en ai un autre : ils sont très fâchés, et pas contents du tout d’avoir droit aux épluchures.

Experts, anthropologues, sociologues essayistes, tous sont autour du chevet du «malade» musulman à essayer des potions, à offrir des loukoums et à ventiler du chasse-mouches, sans s’apercevoir que la chambrée commence à en avoir ras-le-cul de n’être jamais calculée et de supporter les saloperies du pauvre chou qui fait chier tout le monde.

A communautarisme, communautarisme et demi. Au rythme où ça va, je pense que d’ici peu, ce n’est pas un discours, une charte ou des accommodements dont ils devront débattre, mais du magistral coup de pied au cul qu’on va leur coller à tous.

Zemmour-Cambadélis

A propos du débat Zemmour-Cambadélis (février 2016)

Au moment où ce gros pourri de Camba a dit, souriant en bais comme une moule empoisonnée qui pue de la gueule, «et qu’est-ce qu’on fait alors » à propos de l’islam , le sang m’est monté à la tête. Zemmour aurait dû lui rentrer dedans. Le cynisme de ce cochon musqué !

« Je vous ai mis dans la merde, j’ai chié partout et maintenant, tu fais quoi ?
Je te fourgue un aspirateur cassé sur deux-cent-quatre-vingt mensualités en te tenant la main dans un étau barbelé pour signer, plus une baraque Lire la Suite…

Raffarin à Calais : « Ces gens sont nos frères »

Monsieur Raffarin , vous êtes un homme politique français élu par le peuple français (à notre grande consternation, mais c’est ainsi). A ce titre, votre fonction est de représenter les Français et de veiller à leurs intérêts et à ceux de l’Etat qui les relie par le contrat social tacite national .

Vous n’êtes pas Monseigneur Raffarin. Vous n’êtes pas un membre éminent d’un Clergé républicain à vocation universelle qui n’existe que dans votre tête et celles de quelques sociétaires discrets en tenues pittoresques et autres compagnons d’agapes. Ou plus exactement, Lire la Suite…