La Marseillaise et les shampooineuses

« La Marseillaise, c’est une chanson pas terrible au texte assez lourdingue » (RMC)

Que ces gens sont creux , incapables de mesurer la taille des choses qui les entourent et la profondeur de l’Histoire . Ce sont des nains , ils n’ont rien vécu , ne vivront rien , ce sont des touristes de l’existence . Ils donnent leur « opinion » , ici sur un hymne qui a fait trembler le sol , soulevé des peuples , imploser des Empires et ils la donnent à entendre doctement , en poussant leurs petites valises à roulettes dans des aéroports climatisés , brosse à dents , cirage , capotes , after-shave , merde j’ai oublié la Nivaquine dans le tiroir de la salle de bains …

Même pas des boutiquiers , moins que ça , des shampouineuses , des manucures : « oh moi je trouve que la Marseillaise c’est lourdingue , je vous fait une mise en plis ou vous préférez les mèches ? » …

T’entends Vallès ? T’entends la Commune ? T’entends Le Mont Valérien ? Vous entendez en Alsace ? T’entends à Valmy ? Est-ce que vous entendez à Verdun ? Non, vous n’entendez pas ? Vous êtes sourds alors en plus d’être lourdingues , le bruit des bombes surement… Ou peut être êtes-vous morts ?
Connard , immense connard … « Une chanson pas terrible  » … Terrible si justement , absolument terrible au sens propre du mot . Une chanson comme tu dis , une petite chanson que l’on fredonne en se faisant hacher menu , que l’on a au bout des lèvres en se faisant aligner sur un mur du Père Lachaise au petit matin , ou que l’on crachote en se faisant arracher la machoire à la tenaille dans la cave de la rue Lauriston ou sous la cravache des Boudarel .

Enfant que tu es , enfant idiot , toujours prêt à t’extasier devant le Sacré des autres, mais parfaitement insensible au souffle de ton Histoire même quand il devient tornade . Pas même une journée dans les crapouilles de la Champagne ardente , les pieds gelés à te battre contre les rats, tu n’aurais tenu, pas une matinée à Dien Bien Phu ou dans un Stalag . Tu aurais pleuré plus d’eau et de sang que ton corps n’en contient .

Même pas foutu de défendre l’ hymne de ta République  à laquelle tu crois tellement , enfin c’est ce que tu dis , parce que tes « valeurs » on les connaît , on les trouve plus souvent à Panama et aux Caymans , à la City et dans le Cac 40 que dans les gamelles sous la pluie froide et les hôpitaux militaires .

Républicain de mes burnes ! C’est à moi, qui chaque jour l’est moins [républicain] que la veille au regard de ce que vous avez fait de notre Pays avec vos « Valeurs », de défendre ta «chanson lourdingue » ?

Nous ne voulons plus de vous , nous voulons voyager léger , nous aussi , sans compatriotes lourdingues , sans « valeurs » pas terribles , dont vous êtes incapables de fournir ne serait ce qu’une liste de trois lignes tant vous restez muets quand on vous interroge , cherchant désespérément le crayon avec lequel vous avez compté les heures de votre bonniche marocaine au noir et noté les horaires de cours de la petite dernière à l’ Ecole Alsacienne .

Tais-toi , mais tais-toi donc , animal de cirque , otarie , clown radiophonique ! Tais-toi devant tous ces fantômes , ces millions d’hommes qui t’ont précédé avec pour tout bagage et pour seul héritage un petit bout de chanson pas terrible .

——————–

Même sujet, autre commentaire.

Le problème est simple : nous avons affaire à des CONS . D’énormes cons , plein de conneries  et débordant de connardises, fils de gros cons et enfants de connasses . Et ils ont le monopole de la parole .

Des cons mal élevés en plus , car il faut être incroyablement mal élevé , grossier , vulgaire , au sens véritable du terme, pour ne pas comprendre le gouffre qui existe entre un pin’s et une forêt d’étendards , entre une opinion en forme de porte-clé et deux siècles d’Histoire d’une nation .

Je regardais hier un reportage sur l’ Inde profonde ,  celle des Sâdhus . Plus de cinq millions de personnes vivent volontairement une vie radicalement différente de l ‘expérience humaine telle que nous pouvons l’appréhender ici .

Le journaliste , sympathique au demeurant essayait de comprendre pourquoi et comment on pouvait passer douze ans debout sur une seule jambe, l’autre repliée sur la tête  . Et visiblement ça ne passait pas , parce qu’il n’ y avait rien  comprendre , que c’est comme ça et c’est tout . Mais n’étant guère anthropologue , il tentait de rapprocher les choses de son expérience d’occidental .

A un moment, son guide Sâdhu , un Guru d’une école importante lui dit:  « Nous défendons depuis la nuit des temps notre religion, l’ Hindouisme, notre peuple , et l’ Inde , contre tous ceux qui sont venus l ‘agresser , Bouddhistes , Musulmans , Français , Anglais …  C’est notre façon de faire …  »

J’ai senti alors que le petit Français perdait ses repères . Il venait de se prendre une leçon identitaire à cent mille années lumières des clichés « Beatles-chichon-peace-and-love,que-ces-gens-sont-pittoresques-Chéri,as-tu-bien-pris-en-photo-celui-qui-se-fait-enterrer-vivant? Et-l-autre-sur-l-éléphant ?  »

Trop de confort , trop de paix , trop d’abrutis ici . Une confusion entre pacifisme et paix , une condition terminale , un égrégore de demi-vie. Ca ne durera pas : le cycle de fer repassera bientôt . Faute d’avoir tenu douze ans sur une jambe , il nous faudra payer encore une fois. C’est notre rançon pour avoir engendré tant d’abrutis .

On a pas fini de l ‘entendre la Marseillaise , je vous le dis .

Publicités

One response to “La Marseillaise et les shampooineuses”

  1. kobus van cleef says :

    Dans « rouges et blancs » hymne à la guerre civile russe de 1917-1920 ,filmé de main de maitre par Miklos Jankso ( cinéaste magyar à qui on doit entre autres « mon chemin » et « psaume rouge ») la dernière scène représente la mort des derniers volontaires magyars venant combattre les tsaristes ( les blancs, donc)
    Les gars tombent la veste, s’exposant en chemise pour offrir une meilleure cible, et dévalent la coline vers les cosaques, en chantant la marseillaise
    Ils sont fauchés ( cinématographiquement) à la fin de la prise…

    Une séquence qui a de la gueule

    Probable que c’est pour ça qu’elle paraît ridicule aux indigences qui nous gouvernent

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :