Détour par l’Italie

Lors d’un récent séjour en Italie du Nord , j’ai été frappé par le comportement des Italiens , autorités comprises, envers l ‘immigration extra -européenne . Sans entrer dans les détails , ni la société civile ni les pouvoirs publics n’ont abdiqué devant le phénomène ( à l’inverse de la France).

A l’exception de Gênes , où effectivement quelques rues centrales sont occupées par des kébabs et la faune qui va avec (en quantité faible) , à Milan , Parme , Florence ou Rome , les allogènes indésirables sont clairement astreint à des périmètres précis et leur présence est peu souhaitée ailleurs . Les véhicules de police tournent autour, les flics harcèlent la racaille en zone touristique et dans les centres-ville , et les touristes sont visiblement protégés . Seuls quelques colporteurs de merdasses chinoises sont acceptés (et c’est bien dommage) . Mais rien de comparable à la France .

De plus , la société italienne semble encore saine et son tissu urbain intact . D’une façon générale , comme en Espagne , le pays semble plus vivant qu’ en France , devenu un véritable mouroir . Dans la rue la nuit , devant les bars, les gens boivent des verres sans histoires à la con , les fêtes locales ne dégénèrent pas , il y a beaucoup d’étudiants , de bons restos pas chers …

On ne voit pas de racailles , pas de sdf , pas de misère , pas de tags , pas d ‘épaves , de noirs sous crack , de talibans et autres tarés sortis de l’HP… Il y a quelques voilées ou bâchées , généralement des nourrices qui poussent des landaus de petits blancs , mais très peu. En revanche, il y a des camps de Roms , immondes , cent fois plus craignos encore qu’ici .

Ayant la chance d ‘être introduit par alliance dans plusieurs familles italiennes patriotes , j’ai averti nos cousins des risques migratoires . Les gens que j’ai rencontrés m’ont semblé déjà sensibilisés à la question , notamment au danger islamique . Mais leurs préoccupations principales sont autres : clairement , le vrai problème là-bas , ce sont les mafias en tous genres , la corruption endémique ,et l’imbrications avec les politiques qui bloquent l’évolution de la société civile , bloquent la production et la répartition des richesses au profit d’une minorité de pourris inamovibles .

———–

En Italie, pas d’allocs et d’aides à la con . La vie est dure , l’ Etat faible à inexistant . Les Italiens « riches  » des classes moyennes du Nord ont souvent deux boulots , et il faut bosser pour vivre . Et ça , les CPI — chances pour l’Italie — c’est pas trop leur truc .

Au Sud c’est pire , autour de Naples , les noirs sont littéralement esclavagisés dans l’agriculture et plus ou moins sous contrôle de la mafia . Ca ne rigole pas , ça marche pieds nus et ça squatte les poubelles.

Les Italiens , dans l ‘ensemble et malgré un résidu gauchiste à chier , sont plutôt nationalistes , très régionalistes et identitaires , encore assez cathos et avertis de ce qui se passe en France . La fierté nationale est réelle et tout le monde n’a pas gardé un mauvais souvenir de Mussolini .

De plus , quand on les emmerde , ils savent encore se faire entendre physiquement , y compris collectivement .
L ‘immigration extra européenne n ‘est pas encore perçue comme un enjeu vital là bas. Les gens sont plutôt focalisés sur les Roms , les Albanais…

Le créneau économique de la délinquance organisée , du trafic et du crime est , du Nord au Sud , déjà occupé assez largement par des familles italiennes de souche très puissantes , qui n’ont pas forcément envie de tolérer la concurrence . Au Nord , si ce pouvoir est dissimulé dans les structures économiques , étatiques et industrielles , en dessous de Rome en revanche, il est flagrant et omnipotent . L’ Etat italien y est réduit à faire de la figuration .

Cette réalité d ‘un contre pouvoir ne doit toutefois pas être idéalisée , car les mafieux n’ont aucune conscience politique ou ethnique : ils peuvent aussi bien assassiner dix dealers nigérians que les employer , tout comme ils n’ont pas hésité à immerger en Calabre , chez eux , des dizaines de bateaux emplis de déchets toxiques ou à transformer la région de Naples en gigantesque décharge chimique au détriment de leur propre avenir .

Ce sont des hyènes à abattre , mais on peut supposer que leur présence constitue , de fait , une occupation du biotope de prédilection des CPI (chances pour l’Italie). A l’inverse ils peuvent aussi s en servir. A Venise par exemple , les commerçants qui voulaient chasser les colporteurs afro et pakis ont été avertis par des italiens de souche en costards trois pièces que l ‘affaire était une succursale de la maison mère.

Tout ça pour dire que si quelqu’un doit décider du devenir de l’invasion ethnique en Italie , ce ne sont certainement pas des gouvernements éphémères , mais tous les autres acteurs sociaux , y compris les plus …pragmatiques .

Advertisements

One response to “Détour par l’Italie”

  1. kobus van cleef says :

    Moive, je suis passé à Gènes en septembre 2013
    C’est assez bien rénové, je cause de la ville médiévale et renaissance
    Lorsque j’y avait fait ma 1ere visite, gamin, dans les 74-75 j’avais eu la chance d’y voir une pute maison, autochtone si vous voulez, une horrible gorgone de 80 kg pour 1,50 m vêtue d’une minijuppe, la clopobec qui abordait les passants, lesquels discutaient ferme, j’ai pigé depuis que ça devait porter sur les tarifs
    On peut penser qu’en dépit du terme que je lui ai accolé « autochtone » elle ne devait pas l’être, genre albanaise ou illyrienne, aucune italienne ne tapinant dans sa ville natale
    Pourquoive je vous cause de ça ?
    Tout connement pasque lors de mon récent passage, j’en ai vu, des putes
    Que des noires
    J’ai vu le vide sidéral dans leur regard, des génisses qui attendaient à l’abattoir, probablement shootées de la tête aux pieds pour pouvoir supporter, une passivité, une animalité résignée, et encore, j’ai pas dévêtu ces filles pour voir les traces de coups des macs et des clients

    C’est ça aussi, c’est ça surtout, l’immigration sans retenues
    Les femmes de l’est et du sud jetées sur les trottoirs des métropoles européennes
    Tabassées, violées, droguées pour le plus grand bonheur des mafias immigrationistes
    Et des clients…
    Quoique
    Les plus fervents immigratiponnistes se contentent des produits locaux, mais haut de gamme…..
    La gonzesse de Bezansnot, celle de mechancon, celles du jockey magyar sont pas précisément très riches en mélanine ni très crépues

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :