Chroniques belges

A Bruxelles , entre autres , il y a — il y avait ? — une espèce de caserne désaffectée en briques , un vrai quartier à elle seule , royaume du deal pourri ,squattée par des races de noirs inconnues des spécialistes , venus probablement directement de la jungle la plus épaisse de l’ex Congo belge . Ceux là , on les a pas en France , jamais vu le modèle . Ils tirent sur le bleu foncé et ne dépassent pas un mètre cinquante , y’ en avait même un en pagne . Des pygmées ? Des Schtroumpfs noirs ? Je ne sais toujours pas . En tout cas des mecs pacifiques , intégrés et utiles , aucun doute : ils nous ont jetés des pierres en bavant quand ils ont vu qu’on était pas des acheteurs mais des curieux .
——-
Un grand moment aussi , Klein Africa Anvers , trottoirs défoncés , rues bombardées et obscures , odeur de foutre , de rats , de crime , de chattes pourrie , fossés inondés en peine rue , avec des passerelles en contreplaqué mou impraticables , ils ne manque que les crocos , des bars archidégueulasses , aux vitrines brisées remplacés par des panneaux en tôle , partout des grosses putes noires en forme de phacochères , leur cul énorme à cheval sur des tabourets en pleine rue , la moule qui goutte , et de maigres putes en forme de lampadaires pour se pendre . Des zombies qui vomissent de la bière chaude sur le perron , des gueules de maquereaux bosniaques à pompes bicolores , Tu rentres , c’est simple , même si tu es rugbyman maori tu sors pas , ou alors dépouillé , sodomisé , écorché , pelé , sidaïque et sous GHB à vie .
——–
J’ai cherché vainement des roll-mops à Bruelles , des Bismacks , souvenir d’enfance , à un moment il y avait un bouclard avec une façade art déco en mosaïque marquée en grandes lettres , Moules , Frites , Roll-Mops , etc , le Graal , penses tu , un Kurde sortant de sa prière , complétement ensuqué m’ a demandé si je voulais de la sauce blanche dans mon kebab …

Et tutti quanti , idem ,partout , pareil , putain de babel , à se demander si les Belges avaient été enlevés par des extra-terrestres et remplacés par des aliens en forme d’insectes géants camouflés sous des burquas pour pondre sans être aperçus .

Terrifiant .

Même les blancs ne sont pas des Belges , les serveurs de bistrots du quartier de l’ Europe sont anglais , croates , portugais , c’est l ‘Erasmus de la bibine , les loups-garous qui surveillent les coin des vitrines à putes sont de l’ Est, le cuisinier de « A la vieille Belgique » est irakien , etc …

Il a fallu que j’atteigne Ostende pour apercevoir mes premiers Belges authentiques , depuis que les Anglais n’y viennent plus , et pour cause , un front de mer comme un requin édenté , des tours géantes qui penchent plus que celle de Pise , ensablées à la base elles sombrent dans une mer gris-vert glauque couleur d’ huitre plate et couverte d’écume, un vent du Nord qui pousse le sable partout , on croirait une sorte de Benidorm circumpolaire , un centre de loisirs russo-baltique pour familles de sous- mariniers Plus une trace de l’ Ostende balnéaire des années folles , sauf une jetée maigrelette qui avance dans la mer glacée et un casino où l’on n’ a même pas prévu un parc pour se pendre , Brighton après le blitz . Une exploration aboutie révèle quelques beautés architecturales vers la troisième rangée de dents du requin , quelques villas art nouveau qui ont échappées la folie spéculative des constructeurs de Tours Montparnasse sur parc à moules .

Ouais là y a des Belges , mais la version Flamande , moi j’ai rien contre mais eux ils nous ont imaginés Wallons vu qu’on pigeait que dalle à leur dialecte guttural d’angloschleus maritimes , du coup on a attendu de bouffer au resto , des plombes , les autres clients étaient au dessert qu’on nous avait toujours pas dit bonjour , j’ai eu l’impression d’être un Anglais à Belfast ., finalement j’ai dissipé le malentendu et a bouffé notre sole patate vapeurs avec des excuses .

Bon , après plus loin , vers le Labrador , toujours plus au Nord , il y a Bruges , un genre de Venise miniature sous cellophane , et puis la pays des gens qui vivent sous la mer en s’accrochant au comptoir …

Au final on bute sur un Estuaire parcouru de ferries géants et de cargos qui passent au milieu des champs , la rumeur dit dans les cabarets d’un port situé vingt mètres en dessous de la ligne honnête des eaux et dont les phares sont en rase campagne à dix bornes de la mer qu’au delà il y a un autre pays sous la mer , où l’herbe pousse sur les péniches , les peintres une oreille coupée et où tout est fermé le ouikend , mais j »ai du mal à y croire ..

Advertisements

One response to “Chroniques belges”

  1. kobus van cleef says :

    savoureux !
    Ostende ,lorsque j’étais gosse, il y avait des petites bagnoles pour gosse , une misère à louer, on devait rester sur la piste , il y avait aussi des vélos à roues ovales…tout un symbole…..
    encore un truc, les gosses en âge de marcher étaient tenus en laisse ( oui oui , en laisse) avec un harnais spécial par leurs parents

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :