Guy Bedos

La dernière fois que ce comique troupier pour gardes frontières de la RDA a fait rire quelqu’un, il y avait des dinosaures sur Terre .

Depuis que la télévision est en couleurs , son teint jaunâtre d’olive farcie à la crotte de chameau a été la cause d’un nombre incalculable d’erreurs de réglages .

Malgré tout , grâce à la complaisance des reliquats médiatiques des réseaux Curiel et l’influence des Boudarel’s Brothers, il a réussi à échapper à son destin de démonstrateur de chignoles en plein air rue Lafayette , pour nous anéantir d’un humour de chambrée de Goulag , marrant comme une vanne de Commissaire Politique .

Volubile , colérique , partant facilement dans les nasales , il revendique volontiers une intolérance allergique envers toute sortes de gens absents des plateaux , ou plus faibles que lui , qu’il menace de ses petits poings de vieille .

Personnellement , j’avoue couper le son dès que j’aperçois son mufle renfrogné de primate lunatique , ou que j’entends ses gueulantes de crécelle de marchande de poisson de Bab-el-Oued. C’est donc à la radio que je l’apprécie le plus .

Le plus affligeant est qu’il a tenu à nous léguer une descendance du même métier , alors qu’il avait déjà dans la personne de Samy Naceri un parfait héritier « spirituel » . A ce sujet , je reste frappé par l’évidence génétique de la transmission du talent que démontre le caractère dynastique de certains statuts sociaux ( professions si vous voulez ) , évidence pourtant niée dans tous les autres domaines par ceux là même qui y prospèrent ( youp la boum) .

Publicités

One response to “Guy Bedos”

  1. kobus van cleef says :

    Vous avez loupé un truc, la semaine dernière, lauradler l’interrogeait sur vronzecul
    Le titre de l’émission ?
    À voix nue
    Ce qui est mieux que d’imaginer lauradler…..
    Quoique…..
    Bref, vous en auriez appris de belles !
    Qu’il se chataignait mais gentiment
    Qu’il était antiouaciste ,forcément, puisque pied noiw
    Qu’il ne haïssait personne sauf son beau père, beau père qui l’avait nourri et élevé ( ça, il le disait pas)

    À un certain moment, j’ai coupé la radio….
    Cette semaine, c’est dalil boubakeur qui se raconte
    Mais là, j’ai pas allumé la radio….

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :