Identité : la règle du jeu

Pour le système , en matière d’identité , la règle du jeu est la suivante :

1- Le Français autochtone n’a plus droit à aucune forme de conscience identitaire. Il peut à la rigueur conserver une conscience d’appartenance régionale, si elle est réduite à un folklore bienveillant et conçue comme une plateforme d’accueil pour « l’altérité ». Cette conscience d’appartenance régionale est cependant subordonnée à l’abandon de toutes les autres strates identitaires.

En ce qui concerne l’appartenance nationale, son abandon partiel est suffisant . Elle reste autorisée, voire recommandée en matière sportive par exemple , à la condition expresse d’être vidée de toute autre substance.

Pour le reste , l’appartenance nationale est très mal vue a) dans sa dimension culturelle , ou b) dans le cadre d’une filiation historique. Elle est à peine tolérée dans sa dimension économique , bien qu’elle soit occasionnellement réactivée quand le pouvoir en a besoin. Exemple : non à la « préférence nationale » , mais oui à « consommons français ».

La conscience ethnique , qu’elle soit reliée au cadre régional ou national est taboue. Niée et ridiculisée , elle est presque délictuelle pour le Francais de souche.

La conscience raciale est quant à elle l’interdit suprême. Franchement délictuelle , elle peut même être criminalisée en tant qu’opinion selon les circonstances de son affirmation ou la nature des interlocuteurs (qui eux sont autorisés à en posséder une)(ou sont habilités à faire le garde-chiourme pour le compte de ceux qui conservent ce droit).

D’autres strates de la conscience identitaire sont sous la surveillance du système :

• la conscience religieuse est regardée a) avec une bienveillance surjouée s’agissant du christianisme b) avec un respect terrorisé s’agissant de  l’appartenance à l’ Islam ou au Judaïsme (religieux ou identitaire) . Les autres appartenances religieuses sont indifférentes au système car elles sont soit marginales , soit globalement collaboratrices . Le catholicisme apostolique et romain est en revanche l’objet d’une suspicion d’Etat dont la virulence varie en fonction du degré d’intégration du croyant au dogme général et au stade de soumission de ses représentants.

Il existe deux cas particuliers : le traditionalisme catholique et le paganisme dans sa version non new-age , qui sont considérés comme des symptômes d’appartenance à l’extrême droite. L’athéisme lui même, s’il n’est pas ouvertement maçonnique, est en passe de tomber dans la catégorie suspecte, car il fournit une partie du courant réactif, dit « islamophobe ».

• La conscience de classe a subi, quant à elle , une distorsion historique qui mériterait à elle seule une longue étude. Pour simplifier, la trahison de la classe ouvrière l’ayant conduit dans la mauvaise direction politique (c’est à dire pas à gauche), l’appartenance de classe au camp du bien a été redéfinie sur des bases non strictement économiques. Ces classes vont du sous-prolétariat immigré jusqu’au bobo urbain , en passant par la petite fonction publique , les cols blancs précarisés et surtout les retraités pavillonnaires de la guerre froide .

Par ailleurs , un consensus économique gestionnaire , libéral et mondialiste a submergé la quasi totalité du mouvement progressiste qui s’est réfugié dans le sociétal (essentiellement le réformisme des mœurs sexuelles et le pseudo combat antiraciste, qui n’est en fait que le prolongement historique du colonialisme de la gauche maçonnique , mais c’est un autre débat).

Le terrain de chasse traditionnel du progressisme , i.e. l’ex-prolétariat (la partie du peuple ayant comme revenu sa force de travail), a été étendu aux inactifs marginaux comme aux possédants «moraux» , voire au très riches «très moraux».

La «réaction» n’a donc plus de frontières de classe , elle n’est plus sociale. A la limite, elle est définie par le zèle révolutionnaire sociétal. Exemple : Pierre Bergé.

Enfin , la conscience sexuelle , composante de l’identité individuelle , subit un double assaut : celui esquissé ci-dessus commis par la gauche « progressiste » trans-genre et , conjointement , celui ultra-réactionnaire de la cohabitation invasive hyper-machiste et anti-égalitariste .

Voici donc décrits sommairement les différents niveaux de définition laissés par le système à ses sujets. Tout écart est peu recommandé si l’on ne veut pas être socialement écarté et traité en ennemi interne.

Cette coercition est d’autant plus choquante que non seulement elle est totalement antinomique avec la définition que le système donne de lui-même , mais qu’elle dissout également le mandat du peuple originel , et ce peuple avec.

En prime , comble de l’infamie , la coercition s’exerce uniquement et asymétriquement à son encontre. Car les identités autres ne sont nullement tenues de respecter ces statuts d’exception , bien au contraire.

Les Français , et plus généralement les Européens de l’Ouest ont donc réussi l’exploit de forger une législation coloniale à leur propre usage et même , disons-le , un statut de race inférieure sur leur propre sol.

Advertisements

2 responses to “Identité : la règle du jeu”

  1. lytaalexander says :

    Je ne suis pas d’accord. l’Athéisme d’Etat est clairement proné depuis 1789, révolution pour les uns, guerre civile pour moi. Et c’est à cette pseudo religion d’état que se réfère tout le logiciel et référentiel socilaiste et clairement collectiviste.
    Le véritable Athéisme – je ne parle pas ici d’agnosticisme qui ets différent en nature et par essence – requiert de l’Individu une très grande élévation de la conscience et de la culture religieuse, pas l’ignorance des faits ni des livres des grandes religions. Finkelkraut l’a très bien décrit.

    Cette racine religieuse est niée par l’Etat Socialiste qui simplement par peur d’être traité de Négationsite ou d’antisioniste, se tait sur les positions sociales de la grande religion pré-christianique ou sur l’Islam.

    Prenons la position sur le marriage pour tous, qui est CLAIREMENT INTERDIT et meme TABOU dans la religion juive tous les Islams (Sunniite, Chiite etc…) Personne du gouvernement n’a montré du doigt le Grand Rabin ou la position de différents Imams….l’Etat s’est clairement toruvé UN ennemi : les tradis cathos, ennemis du peuple…. en fait il s’attaque à ceux qui n’ont pas l’habitude de se défendre..

    Je pense que l’auteur n’a pas compris que la France n’existe plus depuis 1789. La France a tué elle même son âme symbolique en tuant le repère de l’image du Roi-Père, image…qu’elle s’acharne à reconstruire ..

    La France des lumières et plus tard du Grand Tocquevilele et de LA fAyette, est celle qui a inspiré la plus vieille constitution du monde, celle qui incarne le plus le monde libre, par la simplicité de son texte, la clarté des libertés qu’elle défend et les respect absolu des droits de lHomme- et non du « citoyen, invention Soviétique de 1789 – son réel division entre justice , exécutif et légsitatif (cher à Tocqueville ) bref la constitution de 1776 et plus tard, les amendements constitutifs du « Bill of Rights ».

    Peu de pays ont réellement instauré la liberté de ‘Individu chez eux. Chez nous, on élève des veaux, nous ne méritons pas plus. Nous allons droit vers les 30 ou 40% pour le Front NAtional et son pathétique gauchisme (car le FN n’est pas libéral mais clairement bolchevique ) . Un médiocre et régressif refuge pour les décérébrés frustrés de l’ultra gauche et du PC….

Trackbacks / Pingbacks

  1. Identité : la règle du jeu | laconisme - octobre 21, 2013

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :