Police et diversité, criminalité et gestion des foules

[juin 2010] En 2012 , on aura les socialos. Ils achèveront de faire entrer la diversité dans la police , c’est quand même plus simple en famille : « salut Momo, t’as rentré quoi aujourd’hui ? ». On rétablira la fameuse police de proximité ( deux gonzesses à vélo traumatisées , qui croiseront au large ) , les journalistes feront des reportages sur les deux gonzesses qui copinent avec l’épicier du quartier et échangent des recettes de cuisine avec les nanas en burqua . Tout ira bien Madame la Marquise , car en effet les statistiques baisseront et ils achêveront de nous pourrir le pays , mais l’instituteur de Dinan dira « c’est bien ces stages de voile » .

Comment imaginez-vous ce genre de situation ?

Exactement comme aujourd’hui , car personne n’aura envie — et à juste titre — de se prendre une garde-à-vue avec ces mecs là , suivie d’un petit coucou en correctionnelle pour rébellion et outrage à agent de la force publique , le tout avec une connotation raciale qui ne manquera pas d’être utilisée pour relever un peu la sauce .

Le fossé entre forces de l’ordre et population se creusera , certes , mais comme je l’ai souvent exposé ,le pouvoir y trouve son compte .

Il isole ainsi psychologiquement son appareil de répression , le puérilise , le paternalise , tout en le maintenant aigri , hargneux et permet de retourner cette agressivité contre les masses , tout en maintenant un lien de cohésion du groupe et de dépendance au système pour pas cher. Conjointement , il apeure les populations qui fuient le contact, ce qui fait baisser les statistiques (les victimes sachant qu’elles perdent leur temps et risquent même des ennuis), empêche toute fraternisation douteuse , et assure le silence du troupeau qui file doux quand il voit les uniformes .

C’est vieux comme de l’antique : “Qu’ils me haïssent pourvu qu’ils me craignent “. C’est du dressage. Un bon chien de berger n’est pas un gentil toutou et un bon troupeau de moutons doit en avoir aussi peur que du loup .

Bien sûr , seuls les honnêtes gens sont effrayés mais n’est-ce pas le plus grand nombre ? Et ne sont-ce pas ceux-ci qui rapportent à l’Etat , payent les amendes routières et sont solvables ?

Bien sûr , ça ne fait pas baisser l’insécurité , mais concerne-t-elle les décideurs ? Non , au contraire , une certaine dose d’insécurité (élevée, il y a de la marge , le Brésil est une grande démocratie) est profitable aux affaires. Elle engendre une activité privée importante qui va de la société de sécurité aux assurances en passant par les systèmes d’alarme , portes blindées et cie…

La marge laissée à l’insécurité est également une privatisation de la coercition par l’Etat, dont une partie du rôle de contrôle social est abandonné aux voyous , comme dans un système concentrationnaire .

Ainsi l’administré est coincé entre deux stress. Il n’en est que plus docile et l’Etat , le pouvoir , ne se salit pas les mains . Il a beau jeu , au travers de déclarations karchèrisantes et de promesses sur les lendemains radieux à chaque veille d’élections, d’obtenir à nouveau la confiance (momentanée c’est suffisant) des gogos qui ne peuvent absolument pas soupçonner que si le problème n’est jamais résolu , c’est parce que les avantages qu’il présente en terme de gestion des masses sont supérieurs à ses inconvénients objectifs. Ils permettent de maintenir un semblant d’offre politique dans l’alternance de composition aux rôles distribués d’avance d’une Droite qui promet la répression, et d’une Gauche qui joue à s’en épouvanter . « Où qu’il est le Gendarme les Peti-nenfants ? Attention Guignol, derrrrrriiiièeere toi !!!!»

Bien entendu, on pourrait faire autrement , bien entendu…

Monaco, luxueuse annexe de la République , sorte de salon préservé dans l’effondrement de l’immeuble car construit à part en matériaux de qualité et confié à des gens sérieux, possède une Police très efficace , constituée de fonctionnaires français triés sur le volet et récompensés. La criminalité y est faible , voire dérisoire , malgré les convoitises que suscite sa riche population .

Mais il ne faut tout de même pas plaisanter , ce n’est absolument pas dans vos moyens , braves gens . Vous vous contenterez , selon le même principe qui veut que chacun en ait pour son pognon et selon ses besoins, des différents cercles de la jungle urbaine de Villiers-le-Bel jusqu’aux paisibles enclaves de l’Ouest Parisien où demeurent nos maîtres. Si vous y parvenez…

Ceux qui pensent que c’est du cynisme devraient ouvrir les yeux. Ces techniques de gestion des foules sont employées partout dans le monde.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :